banner-o.jpg.1
196102couv-l220.jpg
Bulletin de l'Amitié de novembre 2005, extraits

Tableau des cultes

6 ................................................ Michel Wagner*

13 .............................................. Régina MÜLLER**

20 .............................................. Jean-Claude ROSS

27 .............................................. Henri PERSOZ

 

* Pasteur ERF, Retraité.
** Pasteur ERF, Aumônerie Universitaire (Région Parisienne)


Éditorial

« Les petits riens »

La Bible nous entraîne vers l’inattendu, nous conduit au retournement…
Dans le magnifique texte de 1 Rois 19, Dieu se présente à Elie non pas sous les attributs classiques de la divinité que sont la tempête, l’orage, le tremblement de terre mais dans le « bruissement d’un souffle ténu ».
Dans le Nouveau Testament, Jésus loue Dieu d’avoir caché l’Evangile aux « sages et intelligents » et de l’avoir révélé aux « enfants » (Matthieu 25). La théologie de la Croix de l’apôtre Paul théorisera ce renversement des valeurs: « Ce qui est folie dans monde, Dieu l’ a choisi pour confondre les sages, ce qui est faible dans le monde Dieu l’a choisi pour confondre ce qui est fort » (I Corinthiens 1).
Le pasteur A. Gaillard soulignait dans son livre « Dieu à hauteur d’homme » (L’Harmattan, 1998) combien l’histoire du christianisme nous invite aussi au retournement. La prédication de Jésus s’est déroulée dans un espace très réduit, dans un terre lointaine et dans un temps si court qu’elle aurait du s’effacer de la mémoire des hommes. Seul le témoignage d’une poignée de disciples a sauvé de l’oubli la personne de Jésus et l’a projeté sur le devant d’une scène deux fois millénaire: « Du message annoncé par Jésus dans un espace limité a surgi le plus grand mouvement spirituel qu’ait connu l’humanité. La vague minuscule est devenue océan ».
Ces changements de perspectives véhiculées par les textes bibliques, nous les retrouvons dans notre quotidien.
Ce qui marque notre vie, ce qui nous marque durablement , ce ne sont pas nécessairement les grandes étapes professionnelle et familiale mais aussi des petits gestes : le sourire d’un passant inconnu , la lettre d’un ami que l’on croyait perdu et qui vous sait en difficulté, la présence rassurante du médecin ou de l’infirmière, le rire joyeux et insouciant de nos enfants et petits enfants…Oui, ce sont souvent des petits riens, des instants vrais et fugaces qui donnent du poids et de la saveur à la vie !
Il en est de même de notre vie au Foyer de l’âme. En cette année de vacance pastorale, les cultes sont assurés, l’école biblique et les catéchismes ont repris, les activités habituelles se sont remises en place. Rien de plus normal me direz vous! Bien sûr, mais tout cela ne s‘est pas fait tout seul et n’a été possible que par la juxtaposition, l’enchaînement des « petits riens » des uns et des autres: un peu de disponibilité par ici, un coup de téléphone par là, une démarche, un envoi d’article,…
François Lavelle


Calendrier paroissial

  • Ecole et éveil bibliques, pré-catéchisme et catéchisme : les dimanches 6, 20 et 27 novembre à 10h30.
  • Groupe de réflexion Théologie et Philosophie « L’interprétation est une recherche du sens, des sens des textes sacrés ou profanes » Mercredi 11 novembre et jeudi 8 décembre, à 19h.
  • Atelier "Evangile et psychanalyse" : autour du livre d’Esaïe et de l’ouvrage de Lytta Basset « Le pouvoir de pardonner » mardis 15 novembre et 13 décembre à 19h30.
  • Conseil presbytéral : mardi 22 novembre à 19h30.
  • Comité d’entraide : Cours d’alphabétisation, mardi et jeudi de 19h30 à 21h30. Déjeuner organisé avec le CASP en faveur des personnes en difficulté jeudi 3 novembre ; accueil dès 10h30. Panier du CASP le dimanche 6 novembre.
  • Réunion du Comité d’entraide mercredi 16 novembre 19H30.
  • Thé de l’amitié : se renseigner sur la prochaine date.
  • Etude biblique : Relire les récits des origines (interprétations croisées de Genèse1-3, de l’Epopée de Guilgamesh et des mythes grecs. Huit séances animées par le pasteur P. Rolin de 12h30 à 13h30 (accueil dès 12h). Cycle de rencontres organisé par les paroisses « Foyer de l’Ame », « la Rencontre », « Bon Secours » et « Béthanie ». Début les mercredis 15 et 29 novembre.
  • Vente : samedi 26 et dimanche 27 novembre.
  • Commission immobilière : vendredi 18 novembre à 13 H.
  • Comité de l’orgue : se renseigner sur la prochaine date.
  • Comité du Centenaire : se renseigner sur la prochaine date.
  • Initiation musicale pour les enfants : une fois par semaine hors vacances scolaires, le mercredi. N. Gigliotti 01 43 55 85 72.
  • Atelier chant : les lundis 7, 21 et 28 novembre à 20H00.
  • Groupe oecuménique du 11e : mardi 8 novembre à 20H30 dans les locaux de l’Eglise Luthérienne, rue Titon.
  • L’intégrale des cantates de Bach en concert : les premiers dimanches du mois, à 17h30. Le 6 novembre : « Wohl dem, der auf Deinen Gott ».
  • Amitié judéo-chrétienne de l’Est-parisien : Reprise mardi 8 novembre : 15, rue Marsoulan (12e) ; « Rêve de prisonniers (Gn40) ».
  • Groupe ACAT du 11e : réunion chaque deuxième lundi du mois, à 20h00, 6 bis rue Jean-Macé (11e).

Le Thé de l’Amitié

Le Thé de l’Amitié qui a été lancé par le Pasteur Gagnebin quand il était en fonction au Foyer de l’Âme en même temps que le pasteur Marchal – plus de vingt cinq ans – fonctionne toujours. C’est l’occasion de nous retrouver devant une tasse de thé autour d’une personne invitée à nous parler d’un sujet qui l’intéresse, ou d’une expérience vécue, ou d’un voyage...
Sa périodicité est d’une fois par mois environ, en général le mardi de 15 h à 17 h. Les dates sont mentionnées dans l’Amitié.
Nous serons heureux de vous y accueillir et pourquoi pas vous entendre aussi nous faire partager ce qui vous tient à cœur, expérience professionnelle, ou tout autre sujet.
Pour plus de renseignements vous pouvez vous adresser à Nicole Kraft
A très bientôt, j’espère.

Nicole Kraft


CULTE DE BAPTEME ET DE CONFIRMATION DU 12 JUIN 2005

Nous étions nombreux, parents et amis, à entourer lors du culte du 12 juin présidé par le pasteur Geoffroy de TURCKHEIM :
Armelle CHUPEAU, Mélodie Amy WALLET, Léo WESTPHAL qui ont été baptisés,
Bleuenn BRUNET, Kenneth DAMIEN ANGO, Ariane LAEDRICH, Guillaume LAMBERT qui ont confirmé les vœux de leurs baptêmes.
Pour nous faire pardonner le retard bien involontaire pour annoncer cette bonne nouvelle dans l’Amitié, voici le texte de la prière à sept voix qu’ils ont préparée et dite sur le thème de la Mer.

**

Guillaume : J’ai vu, Seigneur, la mer sombre et furieuse s’attaquer aux rochers. Les vagues de loin prenaient leur élan. Debout orgueilleuses, elles bondissaient, se bousculaient l’une l’autre, pour se dépasser et frapper la première.
Ariane : J’ai vu, l’autre jour, la mer calme et sereine. Les vagues venaient de très loin, à plat ventre, pour ne pas attirer l’attention. Se donnant sagement la main, elles glissaient sans bruit et s’étalaient de tout leur long sur le sable, pour atteindre le rivage, du bout de leurs beaux doigts de mousse. Le soleil les caressait doucement et, généreuses, en renvoyant ses rayons, elles distribuaient sa clarté.
Kenneth : Nous te prions, Seigneur : Donne-nous d’éviter les coups désordonnés qui fatiguent et blessent sans entamer l’ennemi. Ecarte de nous ces colères qui attirent l’attention et laissent inutilement affaiblis.
Bleuenn : Ne permets pas qu’orgueilleusement, nous voulions toujours dépasser les autres, en écrasant au passage ceux qui marchent devant nous. Efface de nos visages, l’air sombre des orages vainqueurs.
Mélodie Amy : Au contraire, Seigneur, fais que calmement nous remplissions nos journées, comme la mer lentement recouvre toute la grève. Fais-nous humbles comme elle, lorsque silencieuse et douce elle avance sans se faire remarquer. Donne-nous d’attendre nos frères et de mesurer nos pas aux leurs, pour monter avec eux.
Léo : Accorde-nous la persévérance des flots. Fais que chacun de nos reculs soit l’occasion de monter. Donne à nos visages la clarté des eaux limpides, à nos âmes la blancheur de l’écume. Illumine nos vies comme les rayons de ton soleil font chanter la surface des eaux.
Armelle : Mais surtout, Seigneur, fais que nous ne gardions pas pour nous cette lumière et que tous ceux qui nous approchent rentrent chez eux, avides de se baigner en ta grâce éternelle.
Amen


LE PROTESTANTISME : la foi insoumise

par Laurent GAGNEBIN et Raphaël PICON

Voici un excellent petit livre et à la portée de tous qui, en moins de deux cents pages petit format, réussit à exprimer sans être jamais simplificateur, la singularité du protestantisme et l’esprit qui l’anime (1). Le but des auteurs, dans cet ouvrage, est de faire comprendre ce qu’est le protestantisme. Fil conducteur : le protestantisme est une protestation à l’encontre de toute appropriation de Dieu visant à une mise en tutelle en Son Nom de l’humanité, ce qui le conduit à témoigner de ce que Dieu à jamais insoumis à toute tentative d’assujettissement.
Ce double geste de critique et d’affirmation, de protestation et de confession, donne à penser le protestantisme.

Quelques principes structurants, sur lesquels s’accordent les divers courants qui animent le protestantisme, lui donnent sa cohérence. Ce sont eux qui en constituent l'essence. Les auteurs en dégagent quatre :
Un esprit de réforme. C’est lui qui a animé les premiers réformateurs, soucieux de réformer l’Eglise afin qu’elle demeure fidèle à l’Evangile ; c’est lui qui donne au protestantisme son caractère pluriel: aucune pratique ou institution ou système dogmatique ne saurait s’imposer pour tous et pour toujours.
- Un message de délivrance. Le salut par la seule grâce de Dieu en Jésus-Christ (chacun de nous est justifié par l’amour que Dieu lui porte et non pas ses œuvres) qui inspire toute l’histoire de la pensée protestante, délivre de l’obsession culpabilisante d’un salut soumis à une adhésion à des dogmes, à certaines pratiques, à une obéissance à des rites,…
- Un acte de relativisation. On ne peut s’approprier Dieu, en en faisant un objet de dogme, sans l’enclore » selon l’expression de CALVIN. Toute affirmation doctrinale est donc relative, toute institution ecclésiale désacralisée. La foi seule. Et la foi n’est pas connaissance de Dieu, mais réponse à son appel, disponibilité à nous laisser rencontrer par Lui, de sorte que la révélation de Dieu n’est pas, pour le protestantisme, limitée aux expressions que peut en donner une religion.
- Une culture du sujet. Par l’affirmation de la gratuité de la grâce, qui tend à briser tout intermédiaire entre Dieu et l’humain, le protestantisme invite chacun à se déterminer personnellement dans la liberté de sa conscience. La valorisation de la personne est, comme le notent les auteurs, une conquête du protestantisme avant d’être celle de la modernité, mais elle a permis au protestantisme d’être en affinité avec la modernité.

L. GAGNEBIN et R. PICON analysent ensuite les pratiques du protestantisme (rapport à la Bible, l’église, la liturgie, le pastorat, l’éthique) et ils définissent le style, c’est à dire sa manière d’être, qui peut se résumer dans les trois mots de pluralité, liberté, simplicité. Je voudrais ici plus spécialement retenir la particularité du protestantisme, que notent les auteurs, dans son rapport à la Bible. C’est, disent-ils, plus qu’une religion du livre, une religion de la Parole. En effet, c’est par la médiation de la Parole (dans le Nouveau Testament révélée en Jésus-Christ) que Dieu s’adresse aux hommes, les rencontre, établit avec eux une relation de vis-à-vis. Or cette Parole, nous l’entendons dans la Bible par le truchement d’une écriture humaine due à différents rédacteurs qui ont témoigné de leur écoute et de leur foi à des époques différentes, au cours d’une histoire différente et n’ont pas entendu (au double sens d’entendre et de comprendre) cette Parole de façon univoque. Aussi la Bible est-elle à interpréter (2). Mais cette diversité que révèle une analyse historique et théologique de la bible introduit aussi à une richesse de significations de la Parole de Dieu telle qu’elle ne saurait être figée dans un texte qu’elle déborde nécessairement. Dès lors, me semble-t-il, une lecture « inspirée » de la Bible ne consiste-t-elle pas pour le croyant à se mettre à l’écoute de cette Parole pour en rechercher toutes les compréhensions qu’elle est susceptible de lui ouvrir et, pour ce faire, à fouiller le texte afin d’en dégager, sans qu’il soit cependant possible de l’épuiser, les sens implicites, les questionnements potentiels? Afin d’y entendre, au sein de notre existence ici et maintenant, les interpellations qui s’y font jour ? C’est dire qu’aucune grille de lecture n’a le privilège de s’intituler, seule, porteuse de vérité. Et qu’il faut lire et relire sans cesse les textes bibliques, les interpréter et les réinterpréter sans cesse à chaque époque, car ces textes, qui nous permettent de baliser notre route, ne cesseront jamais, en même temps, de nous interroger.
Christiane CURTIL
(1)Laurent GAGNEBIN et Raphaël PICON. Le protestantisme, la foi insoumise. Flammarion, collection « Champs », 2005.
(2)Ceci est contesté (et ce qui suit le serait a fortiori) par le courant fondamentaliste dans le protestantisme, tel qu’il se manifeste en particulier aux USA. Ce courant réduit en effet à ce point la distance entre la parole divine et l’écriture humaine que, pour lui, le texte biblique s’impose au croyant à la lettre.


Vente-Fête de l’Amitié

Samedi 26 et dimanche 27 novembre
au Foyer de l’Âme

Nombreux comptoirs :
Alimentation, brocante, livres, linge de table et de maison,
habillement, vaisselle, papeterie, cadeaux de Noël…
Jeux pour les enfants, tombola…
Bar et salon de thé

Samedi 26 : 10h30-18h00
Buffet à partir de 12h00
Dimanche 27 : 10h30-17h00
Culte à 10H30, déjeuner et suite de la vente
Invitez vos parents et vos amis !
Nous vous attendons nombreux

Cartes d’invitation disponibles au Foyer de l’Ame


Merci de nous apporter les objets (livres, vêtements, alimentation, etc.) que vous souhaitez donner pour la vente, soit le dimanche 20 novembre, soit le vendredi 25 novembre toute la journée, soit un autre jour en prévenant de votre venue par téléphone (01 48 05 00 92).

 


Couverture du bulletin de l'Amitié de novembre 2005